Qui aime Châtelet ? Ses longs couloirs, son ventre aux intestins sans fin ? Ses boutiques surchauffées aux néons aveuglants ? Ses millions de gens drainés chaque jour, jetés du RER pour rejoindre un autre métro ? Non, c’est affreux. Et en surface, les mêmes boutiques, les rues courants d’air, le sens de l’orientation qui vous abandonne à peine tourné dans la première rue.

Mais Châtelet, c’est central. Et quand vos copines achètent des apparts ou des maisons en banlieue, Châtelet c’est central et ça devient pratique. Au secours. Une fois que vous avez jeté aux orties vos adresses trendy de SoPi, ou le dernier bo bun à la mode dans le 10e, il est temps de s’aventurer à Châtelet.

Commençons par l’apéritif. Vous avez passé l’âge d’une pinte en happy hour au dernier bar avant la fin du monde ? Pourquoi ne pas tenter votre chance à l’Experimental cocktail club ? Dans la petite rue Saint-Sauveur, avec une discrète plaque à l’entrée, poussez la porte, écartez le lourd rideau de velours rouge et laissez le sympathique serveur vous installez, de préférence au bar, c’est toujours l’occasion d’admirer les barmen à l’œuvre et de discuter avec eux. En plus, les poufs autour des tables basses éparpillés dans la salle avaient l’air extrêmement inconfortables.

La carte est super original, exit les mojito et autre cosmopolitan, tous les cocktails sont des créations. Je me suis laissée tenter par une Petite leçon de courtoisie, à base de Pisco, liqueur Saint-Germain, vermouth et jus de citron vert. Légèrement amer, un délice. Pas d’ivresse, le cocktail est accompagné d’un verre d’eau (refill automatique de la barmaid), ce qui évite toujours de siffler son verre en dix minutes.

Ensuite pour dîner, ça se complique. Mes huit années parisiennes (et des copines) m’ont fait découvrir deux lieux. Le premier pour manger sur le pouce, sans chichis, c’est Raviolis Nord Est, qui a récemment ouvert une succursale rue Saint-Denis, petite sœur de celle de Belleville.
6€ la dizaine de raviolis, ou dans un menu avec des salades à tous les goûts (algues, cacahouètes, concombres), ça rassasie, personne ne vous pousse dehors quand vous avez fini, la serveuse est sans doute la moins aimable de toute la rive droite, tellement d’ailleurs que ça en devient comique, le décor est de bois et de palissades de chantier (si, si).

Pour les jours de fête, les repas de gala, ou juste parce que vous aviez un concert au Châtelet, le café Yahmi à deux pas fait des tagines et des couscous aux goûts raffinés (le tagine poulet, poires et miel est à se rouler par terre). Ambiance tamisée, grandes tablées ou recoins intimes, l’endroit se prête à toutes les configurations. Bémol : ne soyez pas pressés, Yahmi prend son temps. A privilégier le soir.

 

Experimental cocktail club – 17 rue Saint-Saveur – Paris 2e

Raviolis Nord Est – 115 rue Saint-Denis – Paris 1er

Café Yahmi – 25 avenue Victoria – Paris 1er