Quand j’étais petite, je passais mes étés en rase campagne (et quand je dis rase, ça veut bien dire déserte, morte, vide) et ma grand-mère nous emmenait souvent voir les trains, mon frère et moi. Il devait y en avoir deux ou trois par jour, je l’imagine vérifier les horaires avant notre arrivée pour pas rater le coche.
Je ne sais pas si c’est de là qu’est née ma passion des trains, ou des heures passées à l’intérieur d’un vieux corail à compartiments lors de printemps de révisions à la campagne, mais toujours est-il que j’adore le train, l’idée de départ, de voyages au long cours, de paysages lents ou à très grande vitesse. Je rêve de transsibérien, d’Orient-Express, d’Amtrack le long de l’Hudson etc…

 

Quel ne fût donc pas mon plaisir de découvrir Grand Train, gigantesque repère de vieilles locomotives, wagons vintage, bobos en short, cantines vegan et hispters à ray ban aviateur. Vous avez peut-être vu les panneaux dispersés dans Paris annonçant l’ouverture de ce lieu dingue,

C’est un endroit magique, où l’on se sent comme un enfant, les locomotives vont du XIXe à celle du dernier TGV, toutes bien alignées, comme un défilé, sous les grands hangars de stockage. L’herbe a poussé entre les rails des anciennes voies de Marcadet-Poissonniers et laissent la place aux transats et aux bobos sus-mentionnés.

 


On déambule ensuite entre intérieur/extérieur, poules japonaises (vivantes), cantines diverses, buvettes, salle de bal, on passe d’un univers à l’autre, il y a des installations rigolotes, des ateliers pour les enfants, des tables où discuter et manger quelque chose. J’ai même aperçu un barbier et un disquaire, une mini-ville en quelque sorte, comme dans un rêve, où il fait bon flâner et manger une salade de quinoa ou une pizza, boire une limonade ou une pinte de bière !

Mon conseil pour en profiter : l’endroit a beau être grand, il se remplit vite et pour des questions de sécurité et de confort, seul un certain nombre de personnes peuvent stationner en même temps dans l’enceinte. Autrement dit, s’il y a trop de monde, vous devrez faire la queue. Et un jeudi soir à 20h, quand j’en suis ressortie, elle était bien trop grande à mon goût. Choisissez donc un jour où vous ne travaillez pas ou finissez tôt. L’endroit vaut le détour et il est encore accessible jusqu’en octobre.

 

Grand Train – 28 ter rue Ordener – Paris 18 – Métro Marcadet-Poissonniers – Ouvert du mercredi au dimanche de 11h à 23h30

Je n’ai pas (encore) eu la chance de voyager en Orient-Express, mais j’y avais mangé, souvenez-vous, quant à ma passion pour la campagne, elle est toujours intacte.