Après de longues heures passées derrière ce volant, après un an de bouderie de l’auto-école, après un retour offensif en juin à raison de deux heures par semaine et parfois plus pendant les vacances d’été, c’était lundi ma deuxième tentative de passage de l’épreuve pratique du permis de conduire.

On était bien préparé, et quand je dis on, je veux dire mon moniteur et moi, parce que c’était un sacré travail d’équipe, de me coacher, de me supporter, de me surmotiver et moi de me mettre en mode grosse win. Bref, on était prêts.

J’ai pris les grigris de tout le monde, j’ai reniflé des huiles essentielles, ai suivi une séance de relaxation, j’ai fait le vide en moi et j’y suis allée calme et sereine. Je n’ai pas paniqué, j’ai ralenti aux bons moments, j’ai fait mon créneau du premier coup, une sortie d’autoroute pas mal du tout, j’ai fait le job et je peux dire que j’étais contente de moi.

Quelques trois interminables jours plus tard, mon moniteur chéri m’a appelé pour m’annoncer que mon diplôme de Ryan Gosling était dans la poche ! Joie, bonheur et ravissement !

Au cours de ces quatre années, pendant que je passais mon permis :

- j’ai occupé quatre appartements différents, jamais à côté de l’auto-école

- j’ai eu deux jobs

- j’ai changé de tranche d’impôts

- ils ont rénové l’auto-école

- je l’ai conseillé à d’autres gens qui ont probablement eu leur permis depuis

- j’ai entendu autant d’histoires de permis que je connais de gens

- j’ai épuisé quatre moniteurs

- j’ai changé de lunettes pour essayer de mieux voir les priorités à droite

- j’ai eu le temps d’apprendre à connaître un type super qui a eu une patiences d’ange et qui a repoussé les limites de ses méthodes pédagogiques pour me faire obtenir ce précieux sésame, symbole d’une nouvelle vie, indépendante, libre et motorisée ! (Enfin, en autolib quoi !)

 

Tout ce qu’il y a à savoir sur mon aventure du permis de conduire se trouve dans la catégorie L’humeur du jour !