La mise en marche des vacances semble bien amorcée, et qui dit vacances dit souvent lectures de vacances.
Paris est à moi a encore quelques semaines à attendre avant les siennes, même si le blog va prendre ses quartiers d’été et publier tous les 15 jours. Il y aura aussi un peu de Roger, et d’autres surprises.

En attendant, je vous donne quelques conseils de lecture.

Tout sur le Ritz – Claude Roulet – La Petite Vermillon
A l’heure de la réouverture de ce palace après deux ans de travaux, Claude Roulet qui y a travaillé 25 ans, nous raconte l’histoire de César Ritz, l’évolution de l’hôtellerie, les petites et grandes anecdotes de cet hôtel mythique. C’est amusant, et la petite histoire de l’évolution des mœurs et des manières de voyager se révèle très intéressante.

La Grande Arche – Laurence Cossé – Gallimard
Combien de fois depuis que vous vivez à Paris vous êtes-vous dit tiens si j’allais voir l’arche de La Défense ? Zéro, hein ? Moi aussi. Mais je ne sais pas pourquoi, j’ai eu envie de me farcir 350 pages sur la construction de la Grande Arche. Il y a eu quelques moments d’ennuis, mais Laurence Cossé sait raconter les tractations politiques, les enjeux économiques, et une société française qui se transforme sous nos yeux.

La Station Saint-Martin est fermée au public – Joseph Bialot – Points
Dans la 9 direction Pont de Sèvres, entre les stations République et Strasbourg-Saint-Denis, il y a ce qu’on appelle une station fantôme, la station Saint-Martin, fermée en 1939. Joseph Bialot la prend pour décor. A la fin de la guerre, un homme rescapé d’Auschwitz tente de rassembler ses souvenirs à travers cette station de métro. C’est formidablement écrit, c’est bouleversant.

 

Bon, il n’y a pas que Paris dans la vie, il y aussi l’Italie !

L’Italie si j’y suis – Philippe Fusaro – La Fosse aux ours

Palermo Solo – Philippe Fusaro – La Fosse aux ours

Palerme est un oignon – Roberto Alajmo – La Fosse aux ours

Allez-y les yeux fermés, sur les trois. Ce sont d’excellents livres. L’Italie si j’y suis, c’est Dominico Modugno dans vos oreilles, le sable, l’Alpha Romeo Giulietta Spider au volant de laquelle Sandro emmène son jeune fils Marino dans un été sur les routes de l’Italie. La dolce vita pas clichée, un régal ! Palermo Solo est un peu plus mélancolique, mais découvrir Palerme avec les yeux de ce baron et de Fusaro, avoir envie de prolonger avec Palerme est un oignon, vouloir y passer quelques jours, dans cette ville aux mille facettes, mille peaux. Après Venise, l’été prochain ou hors-saison peut-être.

Bel été !