Blog lifestyle d'une parisienne à Paris

Combien avez-vous de carnets, de pages « notes » dans votre téléphone, de bouts d’articles découpés dans votre portefeuille, ou éparpillés avec toutes les adresses à tester, le meilleur bobun de Belleville, cette boutique de bijoux fait mains ou la pâtisserie dont Elle parlait la semaine dernière ? Moi j’en avais des tas avant ma dernière obsession : Mapstr.

S’il y a un appli utile et bien faite dont vous ne pouvez faire l’économie, c’est Mapstr.
Vous crée un compte et c’est à peu près tout. Après, à vous de vous amuser. Vous renseignez tous les lieux que vous voulez, restos, bars, boutiques, librairies, Mapstr en connait un paquet et sinon rien de plus facile que de le créer. Vous mettez les tags que vous voulez, vous leur attribuez une couleur pour vous y retrouver facilement. Il y a même une fonctionnalité pour passer les adresses en privé et renseigner les étages et digicodes constamment oubliés de tous vos potes.

En parlant d’eux, s’ils ont Mapstr aussi (ils l’auront bientôt sinon rassurez-vous), vous pouvez afficher leur carte et prendre leurs bonnes adresses.
Ca marche aussi avec vos voyages à l’étranger, renseignez les adresses repérées, chargez la carte quand vous avez du wifi, elle reste consultable même hors connexion.

C’est la seule appli que j’ouvre presque tous les jours. Quand Adèle me parle d’un bar où elle a passé une pure soirée, je le mets dans mon mapstr et il y a même un endroit où mettre des commentaires persos, « conseil d’Adèle » au hasard.

Bon, moi j’ai un peu pété les plombs avec mes 170 adresses, mais bon, je suis blogueuse ou pas ?
Si vous demandez gentiment, je les partage avec vous. Pour le 31 par contre, oubliez-moi, si je trouve un endroit pas surbondé où danser sur une musique correcte et pas sur les pieds du voisin, vous pensez bien que je le garde pour moi !

 

Ca y est, c’est la reprise, et quoi de mieux pour commencer l’année qu’une bonne adresse où dîner ? Au lieu de s’offrir des cadeaux cette année avec mes copines, on s’est dit allons plutôt nous faire un bon resto, l’idée m’a plu, et il y avait une adresse dans un coin de ma tête qu’une autre copine avait déjà bien testé et retesté pour être sûre, c’est Le Terroir Parisien.

Le Terroir Parisien, c’est le bistrot de Yannick Alleno, les bistrots plutôt puisque vous avez le choix entre la rive gauche à Maubert et la rive droite à Bourse. Je rejoins mes copines, côté rive gauche, bien sûr, déjà attablées et passablement affamées après lecture du menu. La carte est généreuse en choix, priorité aux produits de la mer pour lesquels nous optons toutes, ici des noix de Saint-Jacques, là un filet de bar, et dans mon assiette, du maigre, avec une purée de pois cassés et une fricassée de pleurotes.

Avant les vacances, j’ai été initié à manger en pleine conscience, je peux donc vous dire que là, j’ai consciencieusement mâché tout ce qu’il y avait dans mon assiette, en prenant le temps d’identifier tous les goûts séparément, et d’y revenir plus d’une fois.
On poursuit le repas avec une brioche perdue “Nanterre”, est-ce qu’elle a été inventée là-bas ? Cultivée ? Est-ce une recette étudiante du chef ? Je ne le saurais pas, et à vrai dire, peu importe, j’ai juste retenu qu’elle était divine !

Le cadre est moderne, noir, laqué. L’endroit très grand, avec un magnifique bar circulaire qui trône au milieu de la pièce. Pourtant, nos hôtes ont absolument tenu à nous coller à la famille de touristes avec enfant en bas-âge. Passons. Le service est plutôt prévenant, le chef de rang veille sur le jeune homme qui s’occupe de nous, semble débuter mais se donne du mal. C’est lui qui nous conseille le vin, dont j’ai comme d’habitude, oublié le nom, mais qui se mariait vraiment bien avec le contenu de notre assiette et dans des prix raisonnables. On se risquera dans la « Cave de Yannick Alleno » l’année prochaine peut-être.

Définitivement un endroit recommandé et recommandable. Pour vous dire, je pense même sérieusement à y emmener mes parents lors de leur prochaine visite, et ça, c’est un vrai critère : ils sont « du métier ».

Le Terroir parisien – 20 rue Saint-Victor – Paris 5e ou 25 place de la Bourse – Paris 2e

Une autre adresse testée et retesté, et même approuvée par mes parents, c’est ici. J’avais pu déguster la cuisine de Yannick Alleno dans une occasion particulière

L’année commence bien de mon côté, j’ai plein d’idées en tête pour le blog, d’adresses à tester, de moyens de vous donner envie de faire plein de choses à Paris. Et last but not least, j’ai trouvé une correctrice hors pair en la personne de Maude, souhaitez-lui bonne chance !

Ce qu’il y a de chouette dans Paris au mois d’août, c’est les copains en vacances qui viennent vous rendre visite. Cette semaine, c’était nos copains de Montréal qui étaient là, et quand il s’est agit de choisir un resto, Sophie a dit Je rêve d’une bonne calzone, il n’y en a pas à Montréal. Ni une, ni deux, je fouille dans mon cerveau de bloggeuse parisienne à la recherche de la bonne adresse.

Alors une bonne calzone, plutôt dans le sud de Paris… j’ai repensé à ce resto dont on m’avait parlé à plusieurs reprises et que je n’avais jamais eu l’occasion de tester, répondant au nom pas du tout italien d’Alice Pizza. Effectivement, il y a plusieurs adresse dont une dans le XVe… à dix minutes de mon ancien chez-moi. Bien sûr.

Leur site internet annonce tout de suite la couleur « meilleure pizza de Paris ». Ca, c’est fait. On est donc allé voir mardi soir s’ils disaient vrai. L’extérieur est assez joli et accueillant, la salle plus classique. La première chose que l’on voit en entrant, c’est le four à pizza, de quoi se mettre en appétit.

Je négocie avec notre serveur un Spritz qui ne figurait pas sur la carte. La chiante qui commande le cocktail à la mode ; si jamais il y avait encore un doute sur mon parisianisme… C’est qu’avec la fausse rumeur de pénurie de prosecco cet été, je me suis privée tout l’été !
Pour les pizza, il y a vraiment le choix, des végétariennes, des sucrées-salées, des pleine de charcuterie, et bien sûr une calzone !

Je ne sais pas si ce sont les meilleures de Paris, mais elles étaient sacrément bonnes, la pâte fine, la garniture généreuse, la mozza avait du goût ! Et puis déguster nos assiettes en se racontant nos vies, ça a contribué à les rendre encore meilleures. La famille s’est agrandie, tout le monde va bien, on a appris qu’en plus d’un cruel manque de calzone, pas de magasins de sport digne de ce nom au Québec, mais que dans le désordre et pas grand chose à voir, les gens y sont, parait-il, toujours aussi gentils, et que quand tu as un enfant, c’est pas forcément la mère qui se tape le congé parental, là c’est Cédrick qui a choisi de le prendre. Bref, sur la bouffe et le sport, la France est ok, tout le reste, y a du boulot !

Ca y est, c’est la reprise du blog, j’ai plein d’idées comme chaque rentrée, dont – m’améliorer sur les photos – n’hésitez donc pas à partager !
Bonne rentrée !

Quand on était à Montréal, il y a deux ans déjà, ça donnait ça 
Et la dernière bonne pizza que j’ai mangé à Paris, c’était là